www.yvesdewilliencourt.fr
Le feuilleton des nouvelles de Maupassant ...à écouter ...à télécharger


contact@yvesdewilliencourt.fr

 Publié dans Le Gaulois le mardi 7 août 1883 - mise en ligne le mardi 11 novembre 2014

     « Mon oncle Jules » de Maupassant texte enregistré le samedi 8 novembre 2014

"Un vieux pauvre, à barbe blanche, nous demanda l'aumône. Mon camarade Joseph Davranche lui donna cent sous. Je fus surpris. Il me dit :
- Ce misérable m'a rappelé une histoire que je vais te dire et dont le souvenir me poursuit sans cesse. La voici :
Ma famille, originaire du Havre, n'était pas riche. On s'en tirait, voilà tout. Le père travaillait, rentrait tard du bureau et ne gagnait pas grand-chose. J'avais deux soeurs.
Ma mère souffrait beaucoup de la gêne où nous vivions, et elle trouvait souvent des paroles aigres pour son mari, des reproches voilés et perfides. Le pauvre homme avait alors un geste qui me navrait. Il se passait la main ouverte sur le front, comme pour essuyer une sueur qui n'existait pas, et il ne répondait rien. Je sentais sa douleur impuissante. On économisait sur tout ; on n'acceptait jamais un dîner, pour n'avoir pas à le rendre ; on achetait les provisions au rabais, les fonds de boutique. Mes soeurs faisaient leurs robes elles-mêmes et avaient de longues discussions sur le prix d'un galon qui valait quinze centimes le mètre. Notre nourriture ordinaire consistait en soupe grasse et boeuf accommodé à toutes les sauces. Cela est sain et réconfortant, parait-il ; j'aurais préféré autre chose..."


     Pour télécharger (fichier MP3 de 18 Mo) :
          cliquer ici : clic droit - enregistrer sous...
     Pour écouter :

          

Le feuilleton des nouvelles de Maupassant
Les livres-audio de Maupassant
à écouter, à télécharger... gratuitement !


Licence Creative Commons
L'enregistrement "Mon oncle Jules" de Maupassant de Yves de Williencourt est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.